D’après le Dr Seignalet, certaines céréales ont muté au cours du temps. Par exemple le blé est passé d’une structure à 7 paires de chromosomes à une structure à 14 ou 21 paires de chromosomes. Par contre, le corps humain, lui, n’a pas évolué ce qui fait que les enzymes digestives qui étaient parfaitement adaptées pour digérer l’ancienne forme de la céréale ont beaucoup de mal à digérer la céréale mutée.

Quelles céréales ont muté ? 

Selon les études du Dr Seignalet les céréales qui ont muté sont les suivantes :

  • blé
  • orge
  • avoine
  • kamut
  • seigle
  • épeautre
  • maïs

Cette mutation est principalement due à la sélection et à l’hybridation des grains qui a eu lieu lorsque les êtres humains se sont sédentarisés et ont cultivé les céréales. C’est à dire pendant la période néolithique (à partir de – 6000 ans avant JC). A l’échelle de l’humanité, cette mutation est très récente. Les enzymes digestives utilisées par l’organisme pour digérer ces céréales n’ont donc pas eu le temps d’évoluer et de s’adapter. La conséquence : les céréales mutées sont digérées de manière incomplète et cela engendre des problèmes de santé.

A savoir : Ce sont en fait les protéines des céréales qui ont muté. C’est pourquoi certains produits fabriqués à partir de ces céréales mais qui ne contiennent pas les protéines peuvent être consommés sans problème. Par exemple : l’amidon de maïs qui ne contient pas la protéine du maïs, ou le sirop de blé qui ne contient pas la protéine du blé.

Pourquoi les céréales mutées engendrent des problèmes de santé ? 

Lorsque l’organisme tente de digérer les protéines des céréales mutées, les enzymes digestives ne réussissent pas à les décomposer complètement. Il va donc rester des macro-molécules alimentaires dans l’intestin. Il s’ensuit une réaction en chaîne :

  • La présence de ces macro-molécules engendre une flore de putréfaction dans l’intestin.
  • La flore de putréfaction agresse la paroi intestinale et finit par la rendre trop poreuse.
  • La paroi intestinale trop poreuse ne joue plus son rôle de filtre et laisse passer des toxines à l’intérieur de l’organisme.
  • Les toxines rejoignent le flux sanguin et se propagent dans tout le corps.
  • L’afflux répété de ces toxines provoque trois types de maladies.

Dans certains cas la présence de toxines déclenche une réaction du système immunitaire provoquant une maladie auto-immune (par exemple : polyarthrite rhumatoïde, sclérose en plaques ou spondylarthrite ankylosante)

Dans d’autres cas, les toxines s’accumulent dans l’organisme et au bout de nombreuses années finissent par perturber le fonctionnement du corps. Cela déclenche des maladies appelées « maladies d’encrassage » (par exemple : arthrose, diabète de type 2, fibromyalgie, tendinite ou migraine)

Dans d’autres cas enfin, l’organisme « expulse » les toxines via le colon, les bronches, la peau, ou les muqueuses de la sphère ORL. Lorsque que cette élimination est très fréquente et abondante, cela peut engendrer une irritation de l’émonctoire (colon, bronche, peau, muqueuse) et déclencher une maladie appelée « maladie d’élimination » (par exemple : colite, asthme, eczéma, acné, sinusite, otites à répétition).

La recommandation est donc d’éviter tous les produits qui contiennent des protéines de céréales mutées.

A savoir : le gluten est la protéine qui se trouve dans le blé. C’est justement parce que le gluten est difficile à digérer que l’on observe un essor considérable des produits sans gluten. Mais il faut cependant se méfier des produits sans gluten car ils contiennent souvent du maïs ou de l’avoine qui sont deux céréales mutées mais dont la protéine n’est pas du gluten. Ainsi un produit sans gluten n’est pas forcément un produit sans protéines mutées.

Quelles sont les céréales qui n’ont pas muté ?

Dans le cadre de l’alimentation hypotoxique il est recommandé de privilégier les céréales qui n’ont pas muté. La liste ci-dessous présente les céréales et les autres féculents à utiliser :

  • riz
  • quinoa
  • sarrasin
  • pomme de terre
  • châtaigne
  • tapioca (manioc)
  • arrow root
  • amarante
  • sorgho
  • millet
  • fonio

Ces aliments peuvent être consommés sous toutes leur forme : entier, flocons, boulgour, farine, lait végétal ou crème végétale.

Pour aller plus loin

L’éviction des céréales mutées signifie qu’il n’est pas recommandé de consommer de pain fabriqué à partir de blé ou de seigle. Même les pains sans gluten du commerce sont à éviter car ils contiennent souvent de la farine de maïs, d’épeautre ou d’avoine et sont cuits à des températures trop élevées (180°C à 230°C).

Pour que vous puissiez continuer à manger du pain, nous avons créé une solution pour faire du pain qui respecte toutes les recommandations de l’alimentation hypotoxique. Si cela vous intéresse, visitez notre page « Pack Pain« .

Découvrir le Pack Pain