Dans les différents courants de l’alimentation naturelle (cuisine vivante, crudivorisme, régime Seignalet, alimentation hypotoxique), on entend souvent parler de déshydrateurs (ou dessicateurs). On peut se demander si c’est simplement un équipement supplémentaire, de confort ou s’il y a un réel intérêt nutritionnel et santé.

Un principe de conservation ancestral : sécher à basse température

Depuis la nuit des temps, on sèche des fruits, des légumes, au soleil. Cela est avant tout un moyen de conservation.

En effet, le fait d’enlever toute l’humidité stoppe le développement de bactéries, de micro-organismes, cela empêche le pourrissement. Si en plus on limite le contact avec l’air et la chaleur, alors on arrive à préserver les aliments très longtemps.

Sans eau (deshydraté) + Sans air (Sous vide) + Au froid (au congélateur) = conservation indéfinie.

 

Sans eau (deshydraté) + Sans air (Bocal stérilisé) + Sans chaleur (à la cave) = 3 mois

Une température basse :
garante de la conservation des vitamines, minéraux, enzymes

Le séchage traditionnel au soleil a un inconvénient : on ne maîtrise pas la température de chauffe.

Lorsque l’on sèche des aliments à moins de 50°C, on considère que l’on préserve toutes ses qualités nutritives : vitamines, minéraux et enzymes, qui sont les éléments les plus fragiles.

Ainsi, si l’on déshydrate des tomates du mois d’août, gorgées de nutriments, à moins de 50°C, on pourra bénéficier de tous ces bienfaits hors saison.

Les appareils électriques que l’on trouve actuellement ont des températures de chauffe de 30°C à 60°C environ.

Que peut-on sécher ? TOUT !

Tous les aliments frais, de saison et bio bien sûr, peuvent être déshydratés et donc conservés plus longuement.

Les temps de séchage sont très variables, selon l’aliment ainsi que l’épaisseur des tranches et l’appareil utilisé. Il faut compter entre 10 h et 30 h, durée nécessaire pour que les nutriments soient préservés.

 

  • Fruits et légumes
  • Herbes, aromates
  • Poissons, viandes
  • Champignons
  • Compotes
  • Soupes

Les aliments séchés ont de nombreux atouts

Détromper les saisons

On peut conserver, transporter, ré-utiliser à nos envies les produits de chaque saison, en bénéficiant de leurs atouts santé.

Une démarche écologique et économique

Une façon d’utiliser les trop-pleins des saisons. De nombreux maraîcher bios sont ravis de vous céder en ce moment des cagettes de tomates par exemple.

Le coût de revient est LARGEMENT inférieur au prix en magasin des produits séchés.

Du croustillant "hypotoxique"

Lorsque l’on limite la cuisson à 110°C (pilier de l’alimentation hypotoxique), on peut parfois manquer de croustillant.
Les fruits et légumes séchés sont parfaits pour satisfaire nos molaires !

Sécher ses aliments, frais et bios, peut être une belle façon d’apporter de la variété, du croustillant et la santé, dans nos assiettes.