Oui, le régime Seignalet, ça marche. Il faut décider de le faire. Dans ma décision, le contexte a joué : je ne veux plus connaître 8 semaines d’hôpital, 4 jours de réa, 3 mois d’iléostomie : tant pis pour le pain blanc et le yaourt goût bulgare…

Et on aimerait que d’autres médecins aujourd’hui poursuivent sa recherche. Dans mon expérience, le résultat est là. Et dans l’expérience d’un tas de malades que vous trouverez sur les sites Internet. Le handicap social est partiellement une réalité : quand vous êtes invités chez les gens inconnus, ou au restaurant, à la cantine. Dans ces circonstances-là, l’étonnement est mince : il y a toujours quelqu’un qui a entendu parler du « gluten » – lequel d’ailleurs est moins pointé par Seignalet que les effets des sélections des céréales, mais ça aide. Mais inversement quand vous invitez chez vous et que servez de la cuisine «Seignalet», vos hôtes admettent qu’ils ont très bien mangé, qu’ils ont découvert grâce à vous des goûts nouveaux, que ça ne ressemble surtout pas à l’image triste d’un régime. Même découverte heureuse quand les gens qui vous invitent préparent pour vous un menu sans blé/lait/cuisson haute et sont ravis du résultat – en plus de vous avoir fait plaisir.

Pierre

Témoignage recueilli sur afa.asso.fr